triathlon prolongateurs vélo

Barres de vélo triathlon : comment choisir ses prolongateurs ?

Lorsque vous achetez un prolongateur de guidon de vélo de triathlon, vous devez tenir compte de l’ajustabilité, du confort, de l’aérodynamisme, du poids et, bien sûr, du prix.

Les barres aérodynamiques ou prolongateurs de guidon varient considérablement en termes de conception, de confort, d’ajustabilité, de poids et de prix. Il est important de choisir le bon aérofrein pour le type d’événement et d’entraînement que vous allez faire. Compte tenu du grand nombre de modèles et de prix de ce matériel triathlon, il peut être difficile de choisir le meilleur guidon pour vos besoins.

Prolongateurs de contre-la-montre et aérobars de course courte

Tout d’abord, il existe une différence entre les prolongateurs de contre-la-montre conçues pour les courses de vitesse courtes et celles conçues pour les triathlons longs. Les barres de contre-la-montre sont construites pour être utilisées dans des courses de vélo dont la distance est généralement inférieure à 40 km et sans tenir compte du confort à long terme. Ils sont généralement plus légers et plus aérodynamiques, mais il n’y a que peu ou pas de réglage de l’extension, des coussinets ou de la largeur des coussinets. Certaines barres de contre-la-montre sont complètement fixes, sans aucun réglage. Les tailles peuvent être petites, moyennes ou grandes, et les coussinets sont généralement plus fins et plus bas. Ces types de guidons peuvent convenir pour les épreuves multisports de courte durée, mais ne sont pas forcément une bonne option pour passer des heures dessus, à moins qu’ils ne vous aillent très bien.

prolongateur vélo triathlon longue distance barres de guidon

Aérobars de course longue

Les barres aérodynamiques conçues pour les triathlons longue distance sont beaucoup plus réglables et comportent des coussinets plus confortables. Si votre magasin de triathlon construit ses vélos à partir d’ensembles de cadres, assurez-vous que vous obtenez des guidons adaptés au confort et à l’ajustement des longs parcours, si tel est votre objectif.

Choisissez un aérofrein qui vous convient

Une fois que vous avez sélectionné le bon type d’aérofrein pour votre épreuve, les différences se situent au niveau du réglage, du confort, de l’aérodynamisme, du poids et, bien sûr, du prix. Vous devez trouver le bon équilibre entre ces éléments pour répondre à vos besoins. Les barres aérodynamiques les plus chères ne sont pas nécessairement les plus confortables ou les plus réglables. Les guidons réglables à l’infini permettent de placer les manettes et les coussinets « juste comme il faut ». Les extensions se télescopent et tournent, ce qui vous permet de placer les manettes exactement là où vous vous sentez le mieux. Cela évite également d’avoir à changer de potence pour régler la portée du cockpit. Selon la marque, les coussinets peuvent pivoter légèrement, s’ajuster à différentes largeurs et être calés à différentes hauteurs. Vérifiez la différence d’épaisseur des coussinets d’une marque à l’autre. Un coussin plus large et plus épais distribue le poids du haut du corps plus efficacement et laisse de la place pour un peu de mouvement.

Le type d’extension peut varier d’une barre droite à un coude en « s », en passant par un coude en « j ». On présume qu’une extension droite est plus aérodynamique, mais ce n’est pas nécessairement le cas. En fait, certains athlètes montrent moins de résistance aérodynamique dans la soufflerie en utilisant une extension en « J », et les extensions en « J » peuvent être plus ergonomiques et confortables. Vous devez choisir votre type d’extension en vous basant avant tout sur le confort.

Considérations relatives au poids des barres aérodynamiques

En termes de poids, les barres en fibre de carbone seront légèrement plus légères que celles en aluminium, et ont également l’avantage d’amortir les vibrations de la route. Cependant, les barres en carbone sont plus chères. Les barres à clipser peuvent être ajoutées à n’importe quel prolongateur de route, de base ou de poursuite, ce qui permet une plus grande combinaison de composants. L’inconvénient est qu’il y a une légère augmentation de poids en utilisant un clip-on, et il y a plus de pièces pour créer une traînée aérodynamique.

Les barres aérodynamiques les plus chères sont des modèles monocoques en carbone. Ils combinent tous les composants de la partie avant, y compris les freins, en une seule pièce de fibre de carbone. Les pinces et les têtes de boulons sont éliminées du flux de glissement et les câbles sont acheminés en interne. Ces barres sont les plus propres, mais l’avantage aérodynamique est minime et ces prolongateurs peuvent coûter plus de 1000€ ! Le réglage est généralement bon, mais vous payez une prime importante pour réduire un peu la traînée (peut-être quelques secondes en temps de course).

Prolongateurs de poursuite et de barres de base

Les prolongateurs de poursuite ou de base varient également beaucoup en termes de conception. Si vous utilisez un vélo de triathlon et que vous vous entraînez ou courez sur des parcours vallonnés sur lesquels vous êtes assis ou debout, le degré d’extension peut être important pour vous. Certaines barres de base ont une très petite surface de prise, juste assez pour freiner efficacement, alors que d’autres peuvent être longues de 15 cm ou plus. Une extension plus longue signifie plus de positions pour les mains, et peut être meilleure pour les efforts hors de la selle. Certains athlètes ne se sentent pas à l’aise avec des barres de base courtes, car ils ont l’impression que leurs mains vont glisser vers l’avant de la barre lorsqu’ils sont en sueur.

En résumé : Adaptez-vous à vos prolongateurs !

Un bon point de départ dans le processus de sélection est le prix. Si vous achetez un nouveau vélo, assurez-vous qu’il est équipé d’un guidon qui sera confortable pour la distance pour laquelle vous vous entraînez. Il est préférable de payer un léger supplément pour un changement de prolongateur au départ plutôt que de payer le coût et la main d’œuvre pour un remplacement ultérieur. Une fois que vous les avez installés sur votre vélo, assurez-vous qu’ils sont bien réglés. Un essayage professionnel vous permettra d’y parvenir, mais vous devez interagir avec le monteur et lui donner votre avis. Les athlètes procèdent souvent à des ajustements en pensant que cela les rendra plus aérodynamiques (ex. : barres rapprochées). Même si la traînée est légèrement réduite, une position inconfortable l’emportera sur le moindre avantage.

4/5 - (1 vote)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
18 − 17 =